Apprendre à vivre, apprendre à mourir

Selon une idée erronée, largement répandue, promouvoir la santé, c’est gérer sa vie de manière optimale pour la prolonger. En réalité, la promotion de la santé s’intéresse à la qualité de vie à toutes les phases de la vie, que celle-ci soit longue ou courte.

Dans l’Antiquité, on utilisait le terme «ars vivendi», autrement l’art de vivre. Or, il est un terme qui lui est indissociable: c’est «ars moriendi» ou l’art de mourir.

«Sommes-nous prêts, à l’ère de tous les possibles, à mettre en place un «ars moriendi» et à donner à nouveau un sens à la vie et à la mort?» Cette question, c’est le professeur Steffen Eychmüller, Directeur du Centre universitaire pour les soins palliatifs de l’Hôpital de l’Ile à Berne qui la pose. Il explique comment le service de soins palliatifs de l’hôpital applique expressément le concept de salutogenèse:

«Il faut tout d’abord que je comprenne ma situation en tant que patient (…). Ensuite vient la gestion de la situation – autrement dit, il s’agit de me demander ce que je peux faire pour moi (…) Enfin, vient la troisième question, qui est celle du sens: est-ce que je parviens à intégrer ce qui m’arrive aujourd’hui dans mon histoire de vie? Les réflexions spirituelles jouent souvent un rôle dans ce contexte.»

Observer ce qui est et ce qui n’est plus, pour mieux comprendre la santé. Tel est l’objectif de la salutogenèse. Un sujet approprié au début du printemps.

En mai prochain se tiendra à Berne le 10Congrès international de la société européenne de soins palliatifs. Il devrait réunir quelque 1500 participants du monde entier.

Interview du Professeur Steffen Eychenmüller dans: UniPress n° 173, février 2018

One thought on “Apprendre à vivre, apprendre à mourir

  1. Apprendre à vivre – apprendre à mourir: ci-joint le renvoi vers les hand-out de deux conférences organisées en automne 2017 par la FAAG -Fondation pour la Formation des Aînées et des Aînés de Genève:
    Jeudis de la FAAG Vivre sa fin de vie : la subir, l’accepter ou l’accueillir ? avec le Dr Yves Beyeler. médecin du Groupe Genevois de Praticiens en Soins Palliatifs et Elvira Ivanova Nicoucar Groupe des infirmières indépendantes, Spécialiste clinique en soins palliatifs CAS
    Jeudi 21 septembre Mieux vivre nos fins de vie : l’expérience des soins palliatifs
    Jeudi 5 octobre Fins de vie, soins palliatifs : comment prévoir et à qui s’adresser ?
    avec la participation également Anne-Marie Struijk-Mottu, présidente de la Maison de Tara, ce lieu alternatif pour une fin de vie « comme à la maison » et de Jean-Marie Carron, directeur général de plusieurs EMS
    http://plateformeaines.ch/upload/files/News/M_FAAG%20%20Jeudis%20-%20Fin%20de%20vie%202017.pdf
    ou https://www.amge.ch/2017/11/17/les-jeudis-de-la-fondation-pour-la-formation-des-aines-et-des-aine-de-geneve-faag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *