Prévention dans le domaine des soins

Les maladies non transmissibles telles que le cancer ou le diabète représentent la première cause de décès en Suisse, sont à l’origine de grandes souffrances et engendrent des coûts élevés. Dans le cadre de la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (stratégie MNT) élaborée par le Conseil fédéral, nous sommes en train de mettre sur pied un organisme chargé de projets en lien avec la prévention dans le domaine des soins.

Les maladies non transmissibles, un défi de taille

Les maladies non transmissibles telles que le cancer, le diabète, les maladies cardiovasculaires et les affections chroniques des voies respiratoires représentent les causes de décès les plus fréquentes en Suisse.  Non seulement elles sont source de grandes souffrances pour les personnes touchées et pour leurs proches, mais elles engendrent des coûts élevés pour la santé: les soins intensifs que requièrent ces pathologies génèrent 80% des coûts de santé directs, ce qui correspond à un montant annuel de plus de 50 milliards de francs.

Stratégie MNT 2017 – 2024

Pour endiguer cette hausse, le Conseil fédéral table donc sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles («Non-Communicable Diseases» NCD). L’horizon temporel initial de la stratégie MNT s’étend à huit ans (2017 – 2024);  l’ensemble des acteurs œuvrant dans le domaine de santé publique y sont associés.

Le plan d’action de la stratégie MNT repose sur trois piliers:

  • promotion de la santé de la population
  • prévention dans le domaine des soins
  • prévention dans l’économie et le monde du travail

Objectifs de la prévention dans le domaine des soins

Les objectifs du volet «Prévention dans le domaine des soins» sont définis dans le plan d’action MNT comme suit:

  • les interfaces entre prévention (prévoyance) et guérison (traitement, soins) sont optimisées.
  • Les facteurs de risque tels que l’abus d’alcool ou le tabagisme sont réduits et les facteurs de protection comme l’alimentation équilibrée et l’activité physique régulière sont renforcés.
  • L’égalité des chances est encouragée.

Les mesures s’adressent aux personnes qui sont en contact avec le système de santé en raison de risques de maladies élevés ou de pathologies existantes. Un rôle particulier est dévolu aux multiplicateurs, à savoir au corps médical, au personnel soignant, aux pharmaciens, aux ligues de la santé ainsi qu’à d’autres acteurs du système.

Des études ont montré que l’approche «From cure to care» contribue de manière significative à l’amélioration de la qualité du traitement et au bien-être du patient.  Un accompagnement efficace par des prestataires de santé, notamment des médecins, infirmiers, pharmaciens, hôpitaux, ligues de la santé, services d’aide et de soins à domicile constitue une condition indispensable pour limiter la forte progression des maladies chroniques dans notre société et les conséquences financières qui en découlent pour notre système de santé. Par ailleurs, les mesures de prévention donnent à chacun la chance de vivre plus longtemps et en meilleure santé, et ce, indépendamment de sa situation économique et de son statut social.

Mesures de la prévention dans le domaine des soins

Pour les années 2017 – 2024, le domaine de mesures «Prévention dans le domaine des soins», qui fait partie intégrante du plan d’action MNT, comprend les éléments suivants:

  1. élaborer des bases et des critères de qualité
  2. promouvoir les projets visant à renforcer à la prévention dans le domaine des soins
  3. mettre en évidence les possibilités de financement destinées aux prestations de prévention
  4. assurer la formation et la formation continue des professionnels de la santé
  5. renforcer la compétence d’autogestion des personnes souffrant de maladies chroniques et de leurs proches
  6. promouvoir l’utilisation de nouvelles technologies

Nous préparerons en collaboration avec l’OFSP un concept de promotion de projets

Nous assurons le suivi de ce domaine de mesures en étroite collaboration avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Il s’agit en premier lieu de mener à bien d’ici fin 2017 les deux premières étapes partielles, d’élaborer les bases et critères de qualité et de définir un concept de promotion de projets. Le futur fonds de promotion de projets sera mis en relation avec les mesures définis dans le cadre de la stratégie NCD, avec les maladies psychiques et les maladies liées aux dépendances.

D’ici l’automne 2017, nous préparerons en collaboration avec l’OFSP un concept commun. Les acteurs du domaine de la santé intéressés pourront se prononcer sur un certain nombre de contenus dudit concept. D’ici fin 2017, nous développerons une solution technique pour le soutien de projets et les premiers projets devraient pouvoir être soumis à partir d’avril 2018.