Prévention dans le domaine des soins (PDS)

Les MNT, les maladies psychiques et les addictions provoquent de nombreuses souffrances chez les personnes concernées et sont responsables d'une grande partie des coûts de la santé. Un style de vie sain et une bonne information permettent d’empêcher, dans la mesure du possible, que les maladies non transmissibles ne se déclarent. Afin d'atteindre au mieux les patientes et patients les offres de prévention doivent être intégrés tout au long du dispositif de prise en charge.

Prévention dans le domaine des soins expliqué en bref


Base de la prévention dans le domaine des soins

En collaboration avec l'Office fédérale de la santé publique, nous avons développé  un document de référence pour la prévention dans le domaine des soins ainsi qu'un concept de soutien de projet. Dans le cadre de la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (stratégie MNT), ces documents sont une base pour les futures activitées de soutien de projet

► Document de base PDS et concept de soutien de projet PDS


Intégrer la prévention dans le domaine des soins

Les maladies non transmissibles (p. ex., le cancer, le diabète, les maladies cardio-vasculaires, les affections respiratoires chroniques et les troubles musculo-squelettiques), les maladies psychiques et les addictions occasionnent plus de 80 % des coûts de la santé en Suisse. Un style de vie sain et des connaissances en la matière peuvent diminuer ces cas, ou même empêcher leur apparition. Il permet aussi aux personnes déjà malades d’améliorer sensiblement leur qualité de vie. C’est pourquoi il convient, à l’avenir, d’intégrer des offres de prévention dans toute la chaîne des soins.

Dans cette optique, les professionnels de la santé (p. ex., médecins, infirmiers, consultants du domaine psychosocial, pharmaciens) jouent un rôle central. Ils peuvent accompagner les personnes malades ou celles présentant un risque élevé de maladie et les conseiller sur la façon d’améliorer leur santé en privilégiant un mode de vie sain.

Les projets doivent aider les patients à renforcer leur culture sanitaire et leurs capacités à gérer eux-mêmes leur maladie. Ils leur permettent de conserver leur autonomie, de diminuer les soins dont ils ont besoin, d’éviter les rechutes et, enfin, d’améliorer leur qualité de vie.